Gymnocalycium uruguayense (Arechavaleta) Britton & Rose

Sous-genre : Macrosemineum

 

HUNT (New Cactus Lexicon – 2006) : G. uruguayense
LODÉ (Taxonomy of the Cactaceae – 2015) : G. hyptiacanthum ssp uruguayense

CHARLES (Gymnocalycium in Habitat & Culture – 2008) : G. hyptiacanthum ssp uruguayense
TILL, AMERHAUSER & TILL (Gymnocalycium – 2008) : G. uruguayense
Selon le tableau de Graham Evans publié par G. Charles dans The Cactus Explorer 21 (2018)

 

Graham Charles recommande d’utiliser dorénavant le taxon Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (Arechavaleta) Meregalli en lieu et place du très connu Gymnocalycium uruguayense tandis que H Till en fait un synonyme de Gymnocalycium artigas Herter

Cette sous-espèce est largement présente dans le Nord-Ouest de l’Uruguay avec une petite extension en Argentine, au sud de Concordia. Dans le nord de cette distribution existent des plantes à fleurs blanches ou roses. Dans ce dernier cas, la couleur est peu intense cependant. Les trois couleurs de fleurs peuvent co-exister sur les mêmes stations.

G. Charles rattache à cette sous-espèce de Gymnocalycium hyptiacanthum les taxons suivants :

  • Gymnocalycium artigas Herter,
  • Gymnocalycium guerkeanum (Heese) Britton et Rose,
  • Gymnocalycium melanocarpum (Arechavaleta) Britton et Rose, non illustrés sur ce site.

G. Charles précise que, bien souvent, les plantes dans les collections portant le nom de Gymnocalycium uruguayense appartiennent en fait à d’autres sous-espèces de Gymnocalycium hyptiacanthum.

Conseils spécifiques de culture :
La culture de Gymnocalycium hyptiacanthum ne se distingue pas vraiment de la grande majorité du genre. Tout juste devra-t-on veiller à maintenir humide le substrat durant la belle saison et, si la plante est maintenue à une température positive, un peu d’eau en hiver pour éviter une trop grande dessication. Compte tenu de mes conditions de culture, je m’interdis tout apport d’eau durant l’hiver.
Chez cette espèce, les sujets sont souvent “dioïques”, c’est à dire que les fleurs portent des organes mâles stériles ou femelles stériles. Il faut donc trouver des sujets sexuellement compatibles pour obtenir des graines.
Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)
Origine Richaud

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)
Même sujet

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense
Même sujet

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense) Même sujet

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense) Même sujet

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense) Même sujet

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)
Même sujet

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense (uruguayense)
Origine Bruno Dubost

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense LB 738

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense LB 738. Nord-Ouest Quarai, Rio Grande do Sul, Brésil.
Origine Jan Paul Betlem

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense LB 738

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense LB 738

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense

Gymnocalycium hyptiacanthum ssp uruguayense