Culture des Gymnocalycium

 

Ce chapitre a pour simple but de vous donner MA manière de cultiver les Gymnocalycium. Il s’agit bien de MA pratique et en aucun cas de conseils ou de recommandations universelles.

Il existe en effet, autant de pratiques que de collectionneurs. A partir d’un fonds commun applicable à tous les cactus, chacun adapte ses méthodes de culture en fonction des conditions qu’il peut leur offrir (ensoleillement, accès à certains matériaux constitutifs du substrat, espace disponible, présence d’une serre ou pas, etc.)

Bref, prenez ce qui suit comme l’une des multiples façons de réussir la culture de vos protégés, faites-vous votre opinion puis testez jusqu’à ce que vous soyez satisfait des moyens mis en oeuvre et surtout des résultats que vous pouvez constater sur vos Gymnocalycium.

Les contraintes qui s’imposent à moi sont les suivantes :

Ma terrasse

Ma terrasse

Je réside en ville, et bien que je dispose d’une assez grande terrasse orientée sud-ouest, l’espace m’est compté d’autant que mon épouse n’entend pas m’abandonner la totalité de la surface disponible.

J’habite à Saint-Etienne, ville de la région Rhône-Alpes, réputée pour sa couleur verte, pour la proximité du Parc Naturel du Pilat, mais aussi pour son climat rigoureux et son altitude relativement élevée (575 mètres pour ma terrasse). Les périodes de gel peuvent être longues et intenses… D’avantage que les pointes de froid qui seront rapidement oubliées avec le retour du soleil, il faut craindre le froid persistant durant plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

Ma terrasse, bien orientée est couverte par des plaques de polycarbonate qui me protègent des précipitations et maintiennent à distance toute remontée d’eau par capillarité.

coffre en polycarbonate

Sous cette protection j’ai bâti, pour l’hivernage, un “coffre” de 3,30 m de longueur par 1,20 m de large et 1,20 m de haut, en plaques de polycarbonate de 16mm d’épaisseur.

Cet excellent matériau procure une bonne isolation et ne s’oppose pas à la lumière naturelle qui continue de baigner, au moins en partie, l’intérieur de ce dispositif.

 

Pour en savoir plus sur ma pratique :