Gymnocalycium gaponii ssp macrocarpum Repka

 

Sous-genre : Gymnocalycium

 

HUNT (New Cactus Lexicon – 2006) : taxon non évalué
LODÉ (Taxonomy of the Cactaceae – 2015) : taxon non évalué
CHARLES (Gymnocalycium in Habitat & Culture – 2008) : taxon non évalué
TILL, AMERHAUSER & TILL (Gymnocalycium – 2008) : taxon non évalué
Selon le tableau de Graham Evans publié par G. Charles dans The Cactus Explorer 21 (2018)

 

 

Gymnocalycium gaponii ssp macrocarpum Repka a été publié par Radomir Repka dans l’article : Eine neue Subspezies von Gymnocalycium gaponii Neuhuber – Gymnocalycium 32(1)2019.

Ce nouveau taxon diffère de la sous-espèce gaponii par des fleurs blanches, un fruit plus long et plus large 16-33 x 8-19 mm et des graines plus petites (1,26 – 1,29 x 1,18 – 1,19). Ces populations sont géographiquement distantes des autres sous-espèces.

La sous-espèce Gymnocalycium gaponii ssp geyeri Neuhuber se distingue de la nouvelle sous-espèce décrite ici par des fleurs de couleur rose, un parfum frappant et les filaments des étamines de couleur rose. La taille du fruit est plus réduite et celle des graines plus importante.

Les populations de Gymnocalycium gaponii ssp macrocarpum forment leur propre zone dans les environs de la ville de Cienaga del Coro dans l’aire de répartition de l’espèce, en Argentine, Province de Cordoba, à proximité de la ville de Cienaga del Coro, le long de la route en terre en direction de Guasapampa, à 3,8 km de la ville, sur un sol sablonneux issu de la dégradation du granite à 1026 mètres d’altitude.

Gymnocalycium gaponii ssp macrocarpum constitue un grand nombre de populations autour de la ville de Ciénaga del Coro dans des pâturages à herbes rases, sur le sable issu de la décomposition de roches granitoïdes, dans des sols peu profonds et des pâturages horizontaux ou pentus, le plus souvent dans des sites perturbés mécaniquement par l’homme ou l’érosion.

Ce sont des plantes aplaties de taille moyenne, encastrées entre des pierres avec un corps aussi large que haut, avec seulement des épines marginales ou rarement centrales dans l’aréole. Les épines sont considérablement variables, parfois droites, généralement tordues, parfois partiellement emmêlées, mais souvent inclinées vers le corps. Le diamètre des épines est différent selon les sous-espèces :  ssp gaponii 0,25-0,35 mm, ssp geyeri (G. odoratum) 0,28-0,35 mm et la ssp macrocarpum 0,35-0,45 mm