Gymnocalycium hossei (F. Haage) A. Berger

Sous-genre : Scabrosemineum

HUNT (New Cactus Lexicon – 2006) : G. hossei
LODÉ (Taxonomy of the Cactaceae – 2015) : G. hossei
CHARLES (Gymnocalycium in Habitat & Culture – 2008) : G. hossei
TILL, AMERHAUSER & TILL (Gymnocalycium – 2008) : G. hossei
Selon le tableau de Graham Evans publié par G. Charles dans The Cactus Explorer 21 (2018)

Gymnocalycium hossei, décrit très tôt (1927), est caractéristique de la difficulté à l’appliquer aujourd’hui alors que de nombreuses autres espèces plus ou moins apparentées ont été décrites postérieurement et souvent de manière plus complète et/ou juste.

Cependant, son antériorité l’impose au détriment de tous les autres décrits postérieurement. Ainsi, selon G. Charles, sont mis en synonymie avec Gymnocalycium hossei :
Gymnocalycium mazanense Backeberg
Gymnocalycium nidulans Fric ex Backeberg
Gymnocalycium weissianum Backeberg

Ces trois taxons ont été décrits par Backeberg, tous de la Sierra de Mazan. Ceux-ci semblent n’être que des variations locales de l’espèce Gymnocalycium hossei. G. Charles suggère que Gymnocalycium rhodantherum pourrait, à l’avenir, être inclus comme synonyme de Gymnocalycium hossei, ce qui, dans la perspective d’une révision plus large du concept Gymnocalycium hossei, étendrait sa distribution vers l’ouest en incluant la Sierra de Famatina.

Dans l’article : Till, H; Amerhauser, H.; Till, W.: Neuordnung der Gattung Gymnoclaycium – Teil II. – Gymnocalycium 21(Sonderheft), p. 815-838 (2008), les auteurs créent le taxon : Gymnocalycium hossei var. nidulans (Frič ex Backeb.) H. Till, comb. nov.

Dans la revue Gymnocalycium 33(3)2020, H. Till † et H. Amerhauser reprennent l’historique de ce taxon et des taxons associés au travers d’une hypothèse relative aux migrations des différentes lignées évolutives du sous-genre Microsemineum… (Scabrosemineum).

Selon ces auteurs, les taxons apparentés à Gymnocalycium hossei sont :

  • Gymnocalycium mazanense (Backeberg) Backeberg
  • Gymnocalycium mazanense (Backeberg) var. breviflorum (Backeberg) Backeberg
  • Gymnocalycium nidulans Fric ex Beckeberg
  • Gymnocalycium pugionacanthum Backeberg ex H. Till
  • Gymnocalycium ferrarii Rausch.

Au sein de ce groupe, Gymnocalycium ferrarii Rausch et Gymocalycium tillianum Rausch sont considérées comme indépendantes.

En revanche, Gymnocalycium hossei (E. Haage) A.W. Hill se voit rattacher les synonymes : Gymnocalycium hossei var. crassispinum Y. Ito nom. inval., Gymnocalycium hossei var. longispinum Y. Ito nom. nud. et Gymnocalycium mazanense (Backeberg) Backeberg.

Gymnocalycium hossei var. breviflorum (Backeberg) H. Till est confirmé en tant que variété et se voit rattacher le synonyme Gymnocalycium mazanense var. breviflorum Backberg.

Gymnocalycium hossei var. nidulans (Backeberg) H. Till est confirmé comme variété et se voit rattacher comme synonymes : Gymnocalycium nidulans Backeberg ainsi que Gymnocalycium pugionacanthum Backeberg ex H. Till.

Cette espèce prospère sur les pentes caillouteuses aussi bien que sur les plaines du nord-est de la Province de la Rioja en Argentine. Son aire s’étend de Mazan dans le nord à Anillaco dans le Sud. On peut aussi la rencontrer dans l’extrême nord de la Sierra Velasco et dans la Cuesta de la Cebilla. Elle pousse fréquemment dans la brousse sur des emplacements rocheux ou dans le granit décomposé.

En 2021, dans la revue Cactus Adventures International, qu’il a créé et qu’il publie depuis 1988, Joël Lodé reconsidère le taxon Gymnocalycium ferrarii ainsi que les taxons associés : Gymnocalycium ferrarii subsp. evae et Gymnocalycium glaucum subsp. ferrari et les recombinent au profit de Gymnocalycium hossei subsp. ferrarii* (Rausch) Lodé comb. nov.

L’examen des graines de ces différents taxons comparés à celles de Gymnocalycium hossei montrent clairement leur plus grande proximité avec celles de Gymnocalycium hossei. La présence d’arille sur les graines de Gymnocalycium ferrarii est un argument supplémentaire à son rapprochement avec Gymnocalycium hossei qui en dispose au contraire de celles de Gymnocalycium glaucum qui en sont dépourvues. De plus, il se réfère à l’étude moléculaire de Demaio et al. (2011) qui a confirmé que Gymnocalycium glaucum était en fait plus proche de Gymnocalycium rhodantherum, tous deux éloignés des deux autres. Enfin, la répartition géographique de ces différents taxons donne un argument supplémentaire : l’aire de distribution de Gymnocalycium ferrarii se situe à l’intérieur l’aire de répartition du complexe Gymnocalycium hossei.

 

Gymnocalycium hossei
Gymnocalycium hossei
Origine P. Richaud
Gymnocalycium hossei
Gymnocalycium hossei
Même sujet

Gymnocalycium hossei STO 87-34

Gymnocalycium hossei STO 87-34.
Gymnocalycium hossei STO 87-34. Sierra de Mazan à Villa Mazan, La Rioja, Argentine 600m
Sujet de 7 ans issu d’un semis de graines Mesa Garden réf. : 468.752
Gymnocalycium hossei STO 87-34. Même sujet à 9 ans.
Gymnocalycium hossei STO 87-34. Même sujet à 9 ans.
Gymnocalycium hossei STO 87-34. Même sujet à 9 ans.
Gymnocalycium hossei STO 87-34. Même sujet à 9 ans.
Gymnocalycium hossei STO 87-34
Gymnocalycium hossei STO 87-34. Détails

Gymnocalycium hossei RFPA 226.01

Gymnocalycium hossei RFPA 226.01. Ouest Quebrada de la Cebilla, La Rioja, Argentine, alt. 990 m. Sujet de 6 ans issu d’un semis de graines Laroze A. & Heriot F.

Gymnocalycium hossei (mazanense)

Gymnocalycium mazanense
Gymnocalycium hossei (mazanense)
Gymnocalycium mazanense
Gymnocalycium hossei (mazanense)
Gymnocalycium mazanense P 30
Gymnocalycium hossei (mazanense P 30)

Gymnocalycium hossei (weissianum)

Gymnocalycium weissianum v. atroroseum STO 63
Gymnocalycium weissianum v. atroroseum STO 63. Santa Cruz, La Rioja, Argentine.
Sujets de 2 ans issus d’un semis de graines L. Bercht réf. : 2007/2352