Gymnocalycium ×momo Gapon et Schelkunova

Sous-genre : Scabrosemineum

 

HUNT (New Cactus Lexicon – 2006) : non pris en compte
LODÉ (Taxonomy of the Cactaceae – 2015) : non pris en compte
CHARLES (Gymnocalycium in Habitat & Culture – 2008) : non pris en compte
TILL, AMERHAUSER & TILL (Gymnocalycium – 2008) : non pris en compte
Selon le tableau de Graham Evans publié par G. Charles dans The Cactus Explorer 21 (2018)
,
,
Ce nouveau taxon a été publié en 2018 par Gapon, V. & Schelkunova, N. dans l’article : Die Arthybride Gymnocalycium x momo Gapon & Schelkunova dans la revue russe Cactus-Club 2018 (1): p. 71-76.
Il a été trouvé par les auteurs en 2010 aux pieds des collines de la Sierra Grande, province de Cordoba, en Argentine au sud de Villa Icho Cruz, à 1113 m. d’altitude.

Les auteurs furent surpris par ce Gymnocalycium à l’allure particulière mais clairement distincte de celle de Gymnocalycium monvillei poussant naturellement dans ces collines. Ils pensèrent immédiatement à un hybride naturel entre Gymnocalycium monvillei (Lemaire) Britton & Rose et Gymnocalycium mostii (Guerke) Britton & Rose, tous deux originaires de cette région.

Dans leur publication ils comparent les caractères respectifs des deux parents présumés ainsi que ceux de Gymnocalycium schuetzianum H. Till & Schatzl.

Gymnocalycium × momo [G. monvillei (Lemaire) Britton & Rose × G.mostii (Guerke) Britton & Rose] Gapon et Schelkunova diffère de Gymnocalycium monvillei (Lemaire) Britton & Rose (observé au même endroit) par des épines rouge-marron plus fortes. Il diffère égalementde Gymnocalycium mostii (Guerke) Britton & Rose (observé au même endroit) par un plus grand nombre d’épines radiales, leur couleur, la morphologie des fleurs, la couleur plus claire de la gorge.

Il se distingue de Gymnocalycium schuetzianumH.Till & Schatzl par un plus grand nombre de côtes, par des aréoles plus elliptiques, par un plus grand nombre d’épines radiales et par leur couleur, par la morphologie des fleurs et par leur couleur.

Description : La tige est cespiteuse et produit une petite quantité de pousses pouvant atteindre 100 mm de diamètre. Les côtes sont tuberculées. Les aréoles sont oblongues, jusqu’à 10 mm de long. Épines radiales (7–) 9-11, légèrement incurvées, plus ou moins raides, jusqu’à 2 mm de diamètre à la base, 4-5 paires, la paire supérieure plus courte, l’épine inférieure pointant vers la base de la tige, toutes les épines jusqu’à 20 mm de long, pas d’épine centrale observée. Toutes les épines sont brun rougeâtre avec une base légèrement plus foncée. La floraison s’effectue à l’apex, les fleurs sont en forme d’entonnoir, jusqu’à 60 mm de hauteur, 55 à 70 mm de diamètre au complet épanouissement.

A l’anthèse, les écailles sur le tube sont vert olive avec des tons brun-violet dans la partie supérieure et à bord clair , la gorge rose pâle, les anthères sont immatures, le style est blanc, il mesure plus de 15 mm de long, le stigmate est blanc et dépasse des anthères de la rangée supérieure d’étamines, il porte jusqu’à 12 lobes. L’ovaire mesure jusqu’à 10 mm de long, 8 mm de large. Fruits et graines n’ont pas été observés.

Pour l’instant je n’ai pas trouvé de graines à cultiver. Si un lecteur pouvait m’en proposer, ce serait avec plaisir…