Gymnocalycium leptanthum (Spegazzini) Spegazzini

Sous-genre : Gymnocalycium

Espèce non reconnue par Graham Charles
Espèce non reconnue par Detlev Metzing
Espèce reconnue par « The Plant List »


 

Pour Graham Charles, Gymnocalycium leptanthum est un nom indéterminé au sens où ce nom a été associé à différents taxons depuis sa première apparition en 1905 à tel point qu’il n’est plus possible de savoir ce que recouvrait ce terme à l’origine.

Meregalli pense que la plante poussant sous le nom de Gymnocalycium schroederianum ssp boessii pourrait correspondre à la description originale de Gymnocalycium leptanthum.

H. Till et Amerhauser en ont fait même une sous-espèce de Gymnocalycium quehlianum :

Gymnocalycium quehlianum ssp leptanthum (Speg.) H. Till et Amerhauser,
Gymnocalycium quehlianum ssp leptanthum v. calochlorum (Boed.) H. Till et Amerhauser,
Gymnocalycium quehlianum ssp leptanthum v. terweemeanum (Teucq ex Duursma) H. Till et Amerhauser

Wolfgang Papsch, dans Schuetziana, vol.6, n°4, 2015 fait part de ses réflexions sur les taxons Gymnocalycium leptanthum et Gymnocalycium parvulum, assises sur la lecture des publications anciennes et plus récentes consacrées à ces deux taxons.

Il arrive à la conclusion  que ces deux taxons désignent bien des espèces différentes qu’il n’est pas possible de confondre, contrairement à ce que pouvait faire penser la publication de Spegazzini qui mélangeait des photos de ces deux espèces.

Au terme de sa démonstration, W. Papsch donne la description suivante de Gymnocalycium leptanthum :

  • tige : sphérique, aplatie, mesurant jusqu’à 8 cm de diamètre et 4 cm de haut, pouvant former occasionnellement des groupes importants par rejets, de couleur vert bleuâtre vif à des nuances d’olives noires.
  • côtes : 10 (-12), séparées dans la largeur par des tubercules arrondis, de courtes rainures transversales séparent ces côtes et forment sous les aréoles de véritables mentons.
  • aréoles : rondes à ovales, 2×3 mm, portant au début un peu de « laine » blanche puis perdant ce feutrage en vieillissant.
  • épines : (6-) 7-8 (-9), simplement marginales, (6-) 10 (-12) mm de long, blanches, en se développpant devenant brunâtres, flexibles, 2-3 paires latérales, 1-3 épines dirigées vers le bas, la partie supérieure de l’aréole ne porte pas d’épines. Toutes les épines sont plus ou moins courbées sur la tige, selon le gradient Nord-Sud on peut noter que les épines sont de plus en plus longues et minces.
  • fleurs : 60-65 mm de long, 50-55 mm de diamètre lors de l’anthèse, écailles peu nombreuses, rondes avec une marge claire, parfois avec une courte ligne de rose délicat, 5-6 x2,5-3 mm, pétales externes largement spatulés, de vert bleuâtre à vert olive, pétales internes spatulés, les plus centraux parfois allongés et pointus, 15-29 mm de long, blanc, parfois avec une délicate couleur rose. Tube floral 15-20 mm pourpre-rougeâtre vif, nectaires étroits, environ 2 mm de profondeur ; ovaire 22-27 mm de long, allongé, en forme de cône inversé pointu, 12 mm de diamètre au sommet, empli d’ovules ; filaments des étamines clairement organisés en lignes primaires et secondaires, blancs. Anthères jaunes. Style blanc, stigmate à 6-8 lobes, atteignant à peu près le milieu des filaments supérieurs mais pouvant aussi rester en dessous de ce milieu.
  • fruit : long, fusiforme, avec des restes de fleur adhérents.
  • graines : sous-genre Gymnocalycium, noir 0,9 – 1,1 x 1,2 mm, testa en forme de coupole.
  • distribution : Argentine, province de Cordoba, entre Cosquin et Bosque Alegre, à une altitude de 700 à 1000 m, sur prairies entrecoupées de graviers et de roches avec quelques arbustes. Gymnocalycium parvulum coexiste souvent avec Gymnocalycium bruchii, Gymnocalycium monvillei, Gymnocalycium amerhauseri ssp altagraciense, Echinopsis aurea et Parodia mammulosa ssp submammulosa. Cette espèce n’est pas en danger.

Ci-dessous figurent des sujets que l’on peut trouver dans le commerce ou des graines ainsi dénommées dont l’appartenance au taxon nouvellement défini par W. Papsch n’est pas assurée.

Gymnocalycium leptanthum

Gymnocalycium leptanthum
Sujet de 5 ans issu d’un semis de graines A. de Barmon réf. : 2005/433

Gymnocalycium leptanthum

Même sujet que ci-dessus

Gymnocalycium leptanthum.

Gymnocalycium leptanthum. Même sujet à 10 ans

Gymnocalycium leptanthum. Même sujet à 16 ans.

Gymnocalycium leptanthum. Même sujet à 16 ans.

Gymnocalycium leptanthum. Autre sujet du même semis.

Gymnocalycium leptanthum. Autre sujet du même semis.

Gymnocalycium leptanthum.

Gymnocalycium leptanthum. Datail du même sujet.

Gymnocalycium leptanthum, coupe longitudinale

Coupe longitudinale d’une fleur

 


Gymnocalycium leptanthum

Gymnocalycium leptanthum
Sujet de 8 ans, issu d’un semis de graines A. de Barmon réf. : 2005/2096

Gymnocalycium leptanthum. Même sujet à 11 ans.

Gymnocalycium leptanthum. Même sujet à 11 ans.

Gymnocalycium leptanthum. Coupe longitudinale d'une fleur

Gymnocalycium leptanthum. Coupe longitudinale d’une fleur


Gymnocalycium leptanthum TOM 270.1

Gymnocalycium leptanthum TOM 270.1

Gymnocalycium leptanthum TOM 270.1. Sud Caspi Cuchuna, Sierra Norte de Córdoba, 742 m.
Sujet de 7 ans issu d’un semis de graines L. Bercht réf. : 2007/1738

Gymnocalycium leptanthum TOM 270.1.

Gymnocalycium leptanthum TOM 270.1. Même sujet.

Gymnocalycium leptanthum TOM 0270.1

Gymnocalycium leptanthum TOM 0270.1