Gymnocalycium castellanosii Backeberg

Sous-genre : Scabrosemineum

Espèce reconnue par Graham Charles
Espèce reconnue par Detlev Metzing
Espèce reconnue par « The Plant List »

 

 

 

Graham Charles distingue deux sous-espèces à Gymnocalycium castellanosii et Detlev Metzing en rajoute deux autres :

1) Gymnocalycium castellanosii Backeberg ssp castellanosii.

Outre le taxon Gymnocalycium castellanosii, il rattache les espèces Gymnocalycium bozsingianum et Gymnocalycium castellanosii ssp armillatum.
Bien que décrit par Backeberg en 1964 à partir d’exemplaires trouvés dans une importation destinée à Uhlig, il fallut attendre que Piltz découvrit la plante dans la nature sur la Sierra de Malanzan pour connaître enfin l’origine géographique de Gymnocalycium castellanosii. Depuis de nombreux spécialistes du genre ont étendu le territoire d’origine au-delà de la Sierra de Malanzan en incluant les Sierras de Los Llanos, del Porongo, de Abajo, de Arganarez et de Ulapes, toutes dans la province de La Rioja. Ce taxon se rencontre entre 500m et 1000m d’altitude.
La forme Gymnocalycium boszingianum se rencontre dans le sud de ce territoire, près de Chepes. La variété armillatum, décrite par Piltz est plus densément épineuse et se trouve la plus au sud de ce territoire.

2) Gymnocalycium castellanosii ssp ferocius (H. Till et Amerhauser) G. Charles.

Cette seconde sous-espèce accueille Gymnocalycium ferox v. ferocior (Backeberg) Slaba nom. inval. invalidant par la même occasion Gymnocalycium hybopleurum v. ferocior Backeberg.
Dans le chapitre consacré à Gymnocalycium mostii, G. Charles évoque l’existence du taxon Gymnocalycium mostii ssp ferocius décrit par H. Till et Amerhauser en 2002, qu’il met en synonymie avec cette sous-espèce.

Cette sous-espèce est connue uniquement dans le sud de la Sierra de Serrezuela, dans l’extrême nord-ouest de la Province de Cordoba, près de la frontière avec La Rioja. Elle pousse sur les emplacements rocheux trouant la dense brousse épineuse.
G. Charles en fait une sous-espèce de Gymnocalycium castellanosii en raison de la grande ressemblance des graines, notamment la présence de proéminents tubercules sur leur surface mais aussi de la forme des fleurs.

3) Gymnocalycium castellanosii ssp acorrugatum (Lambert) G. Charles

Detlev Metzing ajoute une troisième sous-espèce pour accueillir Gymnocalycium acorrugatum Lambert

4) Gymnocalycium castellanosii ssp armillatum (Piltz) Papsch

Detlev Metzing crée cette sous-espèce pour les Gymnocalycium densément épineux provenant de la Sierra de Ulapes pouvant avoir 14 épines radiales et 1 à 3 épines centrales et que G. Charles maintient dans sa sous-espèce Gymnocalycium castellanosii ssp castellanosii.

Gymnocalycium castellanosii P 80b

Gymnocalycium castellanosii ssp castellanosii P 80b. Sierra Malanzan, La Rioja, Argentine.
Sujet de 9 ans, origine H. Kuentz

Gymnocalycium castellanosii P 80b

Même sujet à 12 ans.


Gymnocalycium castellanosii P 393

Gymnocalycium castellanosii P 393.

Gymnocalycium castellanosii ssp castellanosii P 393. Olta, 650 m, La Rioja, Argentine.
Sujet de 7 ans, issu d’un semis de graines Kakteen Piltz, réf. : 2007/4948

Gymnocalycium castellanosii ssp castellanosii P 393.

Gymnocalycium castellanosii ssp castellanosii P 393. Même sujet à 8 ans.

Gymnocalycium castellanosii P 393. Même sujet à 9 ans.

Gymnocalycium castellanosii P 393. Même sujet à 9 ans.