Gymnocalycium bodenbenderianum ssp vertongenii Amerhauser

Sous-genre : Trichomosemineum

Espèce non reconnue par Graham Charles
Espèce non reconnue par Detlev Metzing
Espèce non reconnue par « The Plant List »
qui la met en synonymie avec Gymnocalycium bodenbenderianum (Hosseus ex A.Berger) A.Berger
 
 

Une nouvelle sous-espèce, Gymnocalycium riojense ssp vertongenii Amerhauser, a été récemment distinguée d’après des plantes trouvées par Herman Vertongen. En Argentine, elle provient de la Province de La Rioja, dans les montagne au nord de Alto Jagüe, à 2250 m d’altitude.

Rapide description : la tige est circulaire, 70-90 mm de diamètre, les plantes adultes peuvent atteindre jusqu’à 130 mm de diamètre, de forme sphérique. Épiderme terne, lors de la dormance brun-gris, en période de végétation gris-vert. Côtes : 9-16, + – lisses ou légèrement ondulées, légèrement surélevées, avec de petit mentons sous les aréoles, qui sont la plupart du temps sans poil, presque sphérique, 3-4 mm de large.
Epines (4) – 5 – (6), droites ou légèrement courbées, rigides, aciculaires, faisant saillie du corps, brun au noir-brun, de 25 à 50 mm de long.
Fleurs en forme d’entonnoir, de 60 à 65 mm de haut, 62 à 66 mm de diamètre, le tube 30 à 32 mm de hauteur, le fond 12 mm jusqu’à 20 mm d’épaisseur, brun rougeâtre avec des écailles lumineuses triangulaires ornées d’une bande centrale brunâtre, écailles supérieures passant à 22-30 mm de long et 18-22 mm de large pétales rose pâle avec les bordures vertes brunâtres longitudinales. Les pétales intérieurs 25-32 mm de long, 18-22 mm de largeur légèrement rose, troisième en bas, rougeâtre. Gorge brun rougeâtre foncé.
Fruit cylindrique épais, environ 23 mm de hauteur, 16 mm de diamètre, gris bleuté, déhiscence longitudinale. Graine marron.

Herman Vertongen (in litteris du 6/01/2013) commente ainsi ce taxon : «  le taxon ne mérite probablement pas le titre de sous-espèce, tout au plus de variété régionale. Raisons invoquées par H. Vertongen : habitat à l’extrême EST de l’aire de distribution du Gymnocalycium riojense, distance de plus de 50km. (à vol d’oiseau) du Gymnocalycium riojense le plus proche, et surtout de l’élévation de cet habitat (Gymnocalycium riojense n’était connu jusqu’à présent qu’à une hauteur de max. +-1200m. celle-ci pousse à 2250m. !) et de la physionomie de la plante (plus grande, plus épineuse, et de par la couleur glauque – avant d’avoir vu la fleur et les graines, j’avais pensé à la découverte, d’un Gymnocalycium aff. glaucum) les fleurs sont aussi les plus belles de tous les Gymnocalycium riojense« .
Herman Vertongen précise encore dans son courrier qu’en retournant sur place en 2011, plus aucune plante n’avait survécu à l’extrême sécheresse régnant dans la région.

Ce taxon n’est pas reconnu en tant que tel mais est mis en synonymie avec Gymnocalycium bodenbenderianum.

Au terme de ce traitement, ce taxon devient : Gymnocalycium bodenbenderianum subsp. vertongenii (Amerhauser) F. Berger, Amerhauser & Sedlmeier

Ce taxon sera illustré prochainement.