Ecologie du Genre Gymnocalycium

 

Territoire des Gymnocalycium

Territoire des Gymnocalycium

Les Gymnocalycium sont exclusivement sud-américains et majoritairement Argentins.

On rencontre quelques populations poussant sur la moitié sud de la Bolivie, à l’ouest et au sud du Paraguay, sur la quasi-totalité de l’Uruguay et l’extrême sud Brésilien.
Sa répartition est donc très vaste : pratiquement 3000 km du nord au sud et près de 1200 km d’est en ouest. C’est considérable et assez exceptionnel pour un genre de cactus.

On peut se douter que sur une telle étendue géographique, les zones écologiques sont très différentes.

zone écologique

Carte issue de l’ouvrage « Die Gattung Gymnocalycium », Detlev Metzing, Deutsche Kakteen Gesellschaft.

Sur la carte ci-dessous, nous pouvons voir apparaître 9 grandes zones écologiques caractérisées par des températures moyennes annuelles, une hygrométrie et donc un couvert végétal différent.
Le Chaco humide (Feuchter Chaco)
le Chaco sec (Trochener Chaco).
Ces régions abritent une forêt sèche avec des températures annuelles moyennes de 18-25 ° C et les précipitations moyennes annuelles sont de l’ordre de 1 000 mm à moins de 500 mm pour le Chaco sec. Pour comparaison, la température moyenne annuelle à Saint-Etienne se situe à 11, 5 ° et la moyenne des précipitations y est de 718 mm par an.
Les Gymnocalycium y poussent sous le feuillage des buissons ou des arbres, sur les plaines ou dunes de sable, sur le bord de marais-salants ou sur des collines rocheuses isolées
La Pampa est une prairie extensive qui s’étale de l’est de l’Argentine, à l’Uruguay et au sud du Brésil. Les Gymnocalycium y poussent principalement sur les reliefs protégés car non exploités par l’agriculture qui est de plus en plus intensive en Argentine, à l’abri d’une herbe dense.
L’Espinal se situe entre Chaco et Monte. Ce biotope est caractérisé par des espèces de Prosopis de (de la famille des mimosaceae donc majoritairement épineuses, ce qui explique son nom ). Il est constitué d’une forêt sèche, de palmiers, de savanes herbeuses et de steppes d’arbustes. Les Gymnocalycium poussent ici dans les endroits rocheux, sur les collines, et même dans la zone d’inondation des rivières
Le Monte recouvre approximativement le piémont de la chaîne andine. Il s’agit d’une steppe arbustive sèche avec des arbres et arbustes épars où la pluviométrie est de l’ordre de 80 à 350 mm. C’est très peu ! Les Gymnocalycium y poussent sur les pentes et les surfaces planes détritiques et bien sûr sur les plaques et chaos rocheux.
La Patagonie est une steppe au pied du versant oriental de la cordillère, les précipitations ne dépassent pas 500 mm et dans les plaines argentines, les précipitations ne dépassent pas 200 mm. Les Gymnocalycium poussent sur les marges des vastes prairies, sur les collines et amas rocheux et jusqu’au bord de l’océan atlantique.
D’autres régions élevées, au climat sec ou humide n’accueillent que très peu d’espèces de Gymnocalycium :
les Andes internes, la Puna et les Yungas
Il va sans dire que sur un tel territoire les conditions écologiques sont multiples et variées.
Chaque massif montagneux (sierra), chaque vallée, chaque colline dans la pampa, sont potentiellement des isolats géographiques et peuvent être favorables à l’émergence de nouvelles formes ou d’écotype qui, au fil du temps et avec une raréfaction des échanges génétiques entre populations plus ou moins proches géographiquement, vont donner naissance à de nouvelles formes, voire à de nouvelles espèces.

La science vient de nous éclairer très récemment sur les raisons de cette vaste répartition du Genre Gymnocalycium.
Les récentes analyses moléculaires suggèrent en effet que la large distribution géographique des Gymnocalycium serait liée à la radiation (diversification rapide d’un groupe d’organismes vivants) ancienne du genre, et les aires actuelles disjointes pourraient être le résultat d’une fragmentation des biotopes du fait d’un changement climatique à l’ère Quaternaire.
Très tôt, le genre Gymnocalycium s’est distingué dans la famille des cactaceae de tous les autres genres de cactus et il a eu le temps de se répandre sur un territoire considérable avant que cette population ne soit fragmentée sur les nouveaux biotopes nés des changements climatiques du Quaternaire.

Pour connaître dans le détail le climat par région ou localité : Climats

Pour passer au : Contexte nomenclatural