Arrosage

 

Le genre Gymnocalycium ne présente pas de spécificité sur ce plan par rapport aux autres cactus. On peut même dire qu’il est peu difficile d’une manière générale sur les conditions de culture. Bien sûr il n’est pas question de l’abreuver à tort et à travers sous peine de le voir disparaître comme tout autre cactus soumis à un tel traitement.

On appliquera donc les principes généraux valables pour les cactus les plus courants :

Laisser sécher le substrat entre deux arrosages. En fonction de la saison, des conditions météorologiques, du substrat utilisé (selon qu’il est très minéral ou pas) de la taille des pots et/ou des Gymnocalycium, ce délai est variable, allant de quelques jours (pour les jeunes sujets dans des petits pots, en pleine période estivale) à plusieurs semaines (pour de vieux sujets, plantés dans des pots plus volumineux, lorsque les températures ne sont pas élevées durant une longue période). Il n’est pas possible d’être plus précis sur ce point. C’est une question de feeling et d’expérience. Toutefois, mieux vaut pécher par manque d’eau que par excès. Le Gymnocalycium vous pardonnera cette prudence.

Lorsque l’on a décidé d’arroser, on arrose ! L’arrosage se doit d’être abondant pour que toute la motte soit imprégnée d’eau. Des arrosages parcimonieux et superficiels seraient néfastes en cela qu’ils contraindraient le cactus à développer ses racines vers la surface du pot pour capter l’eau qui lui est nécessaire. Ce faisant, il s’exposerait à une rapide dessiccation car son réseau racinaire ne pourrait pas absorber la quantité d’eau indispensable à sa physiologie et souffrirait dans le même temps de l’ardeur des rayons du soleil.

Arrosage abondant ne veut pas dire arrosage fréquent ou arrosage permanent ! Donc on n’arrose que lorsque le substrat est sec et on supprime tout ce qui peut retenir l’eau d’arrosage : soucoupe, bassine ou autre surface imperméable. Celle-ci doit s’écouler rapidement pour être rejetée à distance des pots.
Bien que j’aie fait l’acquisition d’une table de culture en aluminium avec une bonde de vidange, je continue à arroser ma collection pot par pot. C’est pour moi l’occasion de passer en revue chaque plante et de vérifier sa parfaite santé.

Je donnais peu, peut-être insuffisamment, d’engrais à mes Gymno : 2 à 3 fois par an. En 2014 j’ai décidé d’augmenter les fréquences pour suppléer aux quelques carences constatées : un arrosage sur deux contient de l’engrais tomate à dose préconisée sur l’emballage.

 Pour lire la suite : ravageurs